Le gouvernement flamand entre dans la phase suivante maintenant qu'il est connu que le centre de mobilité tombera entre les mains de l'enregistrement de la société américaine ViaVan. La Flandre va utiliser le même système qu'Amsterdam, Londres et Berlin pour orienter la réforme des transports publics dans la bonne direction. Il a fallu plus de deux ans au gouvernement flamand pour lancer un appel d'offres sur les principes de l'arrêté de base sur l'accessibilité du 3 avril 2019, qui stipule que l'offre de transport public fait partie du réseau global de mobilité. Il y a exactement un an, il était déjà annoncé que Via était sorti vainqueur, mais une joute juridique n'a laissé à la ministre Lydia Peeters d'autre choix que de ne pas l'annoncer pour le moment.

Pendant ce temps, l'association des villes et communes flamandes, l'association des villes et communes flamandes, avait précédemment demandé à la ministre Lydia Peeters de reporter de 6 mois la date de lancement de l'accessibilité de base. Vendredi dernier, la Flandre a désormais définitivement choisi la société américaine Via, via le néerlandais BV ViaVan Technologies, pour proposer ces trajets. Les Flamands devront bientôt parcourir «le dernier kilomètre» avec des bus d'appel, des taxis et des voitures ou des vélos partagés.

Selon le gouvernement flamand, afin d'organiser cela correctement et de manière rentable, il est nécessaire de mettre en place un centre de mobilité faîtière. La société américaine Via recevra un montant de 100 millions d'euros du gouvernement flamand pour développer un « centre de mobilité » pour une durée de huit ans. La fonction de gestion opérationnelle du Transport Personnalisé sera bientôt assurée par ViaVan comme prévu dans l'appel d'offres. Le centre de mobilité est responsable de la planification, de la réservation et du paiement des courses. Le centre informe sur l'ensemble des transports en commun, analyse les questions de transport et les options de mobilité de l'usager et effectue une référence si nécessaire.

"Le gouvernement flamand a attribué un appel d'offres à une entité basée dans l'UE d'une entreprise américaine qui utilise les services cloud AWS. Une entreprise néerlandaise qui n'a pas été choisie par le gouvernement flamand dans la procédure d'appel d'offres avait précédemment contesté cette décision auprès du Conseil d'État "

ViaVan

Lire aussi  Steenberghen : « des exigences linguistiques non adaptées au secteur des taxis »

Plusieurs entreprises néerlandaises ont soumis des offres pour l'appel d'offres. Le petit concurrent de TCA ViaVan Technologies BV à Amsterdam, qui s'est enregistré sous le nom de Combination Viavan GmbH, et River North Transit LLC USA, a débuté il y a quelques années à Amsterdam. L'entreprise basée à Amsterdam a fait la une des journaux lorsqu'elle a temporairement suspendu ses activités au début de la pandémie l'année dernière et a informé les chauffeurs de ViaVan par e-mail. En 2012, deux entrepreneurs israéliens, Daniel Ramot et Oren Shoval, fondent la société ViaVan à New York. Ils ont développé un algorithme qui permet de lier en temps réel le nombre de passagers qui souhaitent aller dans la même direction au moyen de transport le plus adapté.

ViaVan est un acteur international qui possède ses propres partenaires dans plus de 20 pays et réalise des millions de trajets dans ces pays. À Berlin, ViaVan GmbH exploite une flotte principalement électrique pour les trajets partagés à la demande dans le secteur public. À Milton Keynes, ils déploient la première flotte tout électrique du Royaume-Uni pour des trajets partagés à la demande. À Amsterdam, les passagers peuvent réserver des trajets en véhicules électriques avec le service eVia. Pour prendre pied sur le marché européen, la société américaine a conclu en 2017 une joint-venture avec Mercedes-Benz et l'a baptisée ViaVan.

Photo : Andy Ambrosius (Via) - fondateurs Daniel Ramot et Oren Shoval

Conseil d'État

L'appel d'offres a été attribué deux fois contesté au Conseil d'Etat par la société néerlandaise Karin BV d'Amsterdam et Rotterdam BV Mobility Center RMC. La première fois que le gouvernement flamand a dû mieux justifier sa décision, la deuxième fois, la plainte GDPR a été immédiatement rejetée. Le Conseil d'État a confirmé que la décision du gouvernement flamand de conclure un contrat avec une filiale européenne d'une entreprise américaine qui utilise les services cloud AWS n'enfreint pas le RGPD. Le Conseil d'État s'est notamment appuyé sur les lignes directrices du CEPD et du Comité flamand de surveillance, qui mentionnent le cryptage comme mesure supplémentaire possible pour le transfert de données vers les États-Unis.

Lire aussi  La connexion Chiron encore plus facile pour les chauffeurs de taxi

critique WWSG et GTL

Les régions de transport avaient préalablement approuvé sous conditions le réseau central et le réseau complémentaire. VWSG a tiré la sonnette d'alarme plus tôt et pensait qu'il faudrait des mois supplémentaires pour rendre opérationnels les nouveaux moyens de transport et services d'accompagnement après le processus d'appel d'offres pour le centre de mobilité et le transport sur mesure, et pour s'occuper de la communication avec les voyageurs. L'industrie du taxi GTL n'était pas trop enthousiaste à ce sujet à l'époque spreken et a indiqué que cela signifierait une nouvelle gifle au secteur des taxis flamands. Le transport renouvelé devait normalement commencer le 1er janvier 2022, mais en raison de problèmes juridiques après l'annonce des résultats de l'appel d'offres, qui a été contesté à deux reprises, l'annonce et le lancement ont été reportés. 

Le contrat a été attribué en 2020, après quoi il était temps de basculer rapidement pour que le lauréat de cet appel d'offres ait tout opérationnel avant le 1er janvier 2022. La Flandre a enfin osé faire des choix. De nombreux bus circulent désormais inutilement et coûtent très cher, et cela prendra bientôt fin si cela dépend de ViaVan et du gouvernement. Les autres sociétés ayant participé à cet appel d'offres étaient Be-Mobile NV, Capgemini Belgium, Cronos Public Services NV, DVG Regie BV, Qarin BV, Shotl Transportation SL, Siemens Mobility NV/SA et Transvision BV. 

Lire aussi: Centre de mobilité: faire correspondre l'offre et la demande

Tramway de Gand depuis De Lijn
Print Friendly, PDF & Email