Largeur DVDP=

Maintenant que Statistics Netherlands a publié les chiffres de l'inflation pour octobre, le pourcentage dont les salaires doivent être augmentés au cours de l'année à venir est de 14,3 % en ce qui concerne la FNV.

Il est maintenant clair que les syndicats de tous les secteurs négocient. Une conséquence des conséquences économiques actuelles chez les adhérents et de la volonté de grève car l'eau est sur leurs lèvres. Les hausses de prix, les tarifs énergétiques élevés et, en plus, les tarifs des primes de soins de santé annoncés le week-end dernier sont préoccupants. 

L'enseignement secondaire d'intérêt des élèves (LBVSO) appelle les chauffeurs des transports d'élèves et de soins à ne pas se mettre en grève pendant les voyages scolaires ou les déplacements aux activités de jour. "Les enfants vulnérables ont été gravement touchés par la pénurie de chauffeurs ces derniers temps", tweets le groupe d'intérêt LBVSO.

Les relations entre l'organisation patronale KNV et les membres des syndicats FNV et CNV n'ont jamais été aussi éprouvées ces dernières années. Les groupes professionnels que la Royal Transport Netherlands (KNV) a sous son contrôle sont soit sur le chemin de la guerre, soit une attitude constructive à la table des négociations est difficile à trouver. Cependant, selon le président Bertho Eckhardt, il y avait une excellente offre sur la table. Les syndicats le voient différemment.

« Même le ministre Wiersma comprend. Maintenant, les employeurs KNV. Quelle arrogance de la part des employeurs de penser que seuls 150 membres rejettent l'offre finale !

(Le texte continue sous la photo)
Meindert Gorter - directeur syndical FNV Taxi

"Certes dans ce secteur, avec des salariés très engagés, la grève est un dernier recours. Mais ils ne peuvent plus se débrouiller avec leur salaire, le salaire est retenu pour les pauses qui ne peuvent pas être prises et si les chauffeurs tombent malades, ils ne sont pas pris pendant une journée". . payés, puis ils sont réduits de 30 %."

Non seulement les employeurs Taxi et Healthcare Transport ont du mal. Selon l'avocat du secteur des voitures de tourisme Hilbert Michel (KNV), les affirmations des syndicats sont correctes, que c'est déjà faux et c'est un miracle qu'il ne se soit pas encore trompé, en aucun cas. Selon l'organisation patronale, la sécurité n'est nullement en jeu, contrairement aux déclarations des syndicats. 

Lire aussi  Soutien massif aux actions dans les transports en commun

Dans la lettre aux conseils de parents et de participation, il était demandé aux parents de se renseigner sur les conditions de travail des chauffeurs lors de la réservation d'un car. Le syndicat est mécontent que les tarifs des compagnies d'autocars aient fortement augmenté en raison de la hausse des prix du carburant et que les chauffeurs d'autocar n'aient pas reçu d'augmentation de salaire depuis 2020. Pour Michel, les syndicats ont vraiment franchi la limite inférieure et voyager en bus est super sécuritaire. 

"En raison des bas salaires, les chauffeurs sont obligés de faire plusieurs trajets et les pauses sont sautées en raison de la charge de travail élevée. Heureusement, cela n'a pas encore conduit à des situations dangereuses, mais nous ne devons pas attendre cela non plus."

La déclaration du secrétaire Carlo Cahn (BVN), selon laquelle il n'y avait aucune compréhension de la mauvaise situation financière du secteur, n'a pas été bien accueillie par les membres. Cahn a dit qu'il ne pouvait pas suivre la pensée des syndicats. L'accent mis par les syndicats sur l'inflation n'était pas justifié par BVN. Toutes les déclarations sont sensibles. Néanmoins, Royal Dutch Transport sous-estime le pouvoir des syndicats FNV et CNV. "Ensemble, ils représentent moins de 12% des salariés de ce secteur et, de plus, seule une partie des membres du syndicat a voté sur l'offre finale", a déclaré le président du BVN, Bertho Eckhardt.

"Les syndicats n'ont pas négocié, ils ont simplement dit non catégoriquement et poussé à l'action."

(Le texte continue sous la photo)
Bertho Eckhardt, président du KNV - photo : Pitane Blue

Entre-temps, la FNV a définitivement déterminé l'exigence salariale.Maintenant que la CBS a publié les chiffres d'inflation pour octobre, le pourcentage dont les salaires doivent être augmentés dans l'année à venir est de 14,3% en ce qui concerne la FNV. Il est donc temps pour KNV de voir progressivement les conséquences des négociations en cours. Dans tous les secteurs, les syndicats récoltent des augmentations salariales de 12 % en moyenne.

Lire aussi  Session pratique sur la sécurité routière pour les membres du Royal Dutch Transport

Non seulement dans le transport par autobus, mais aussi dans le secteur du transport par taxi, les choses tournent mal à la table des négociations. 22.000 20 personnes travaillent dans ce secteur, principalement avec des contrats à temps partiel d'une moyenne de XNUMX heures par semaine. KNV ne marque pas vraiment bien. Après neuf cycles de négociations pour une nouvelle convention collective de travail pour les transports de soins et les taxis, les syndicats FNV et CNV ont mis fin aux négociations.

L'annonce d'actions est le résultat du fait que les employeurs ne prennent pas au sérieux les demandes de leurs propres employés. En raison de la flambée de l'inflation, de nombreux ménages voient leurs salaires retomber au niveau de 1998. Les mesures gouvernementales réparent en partie la baisse des revenus, mais elles sont en grande partie temporaires.

rendez-vous

Au NS, dans le secteur métallurgique et récemment chez IKEA et le secteur des transports, la FNV a montré que si les salariés s'organisent ensemble, les employeurs sont prêts à conclure de bons accords salariaux. La convention collective de travail actuelle pour les taxis et les transports de soins de santé expirera le 31 décembre 2022. Les négociations pour une nouvelle convention collective de travail sont en cours depuis mai de cette année et sont maintenant dans l'impasse.

Les conséquences pour le transport des élèves et le transport des soins sont prévisibles. Deux secteurs qui sont déjà sous pression. En attendant, les clients en ont également fini avec la pénurie de personnel dans ce secteur et demandent également aux employeurs d'offrir aux chauffeurs de taxi un salaire plus élevé. Le fait que le secteur se vide n'est pas seulement dû au vieillissement de la population, mais aussi aux chauffeurs qui tournent le dos aux bas salaires.

Articles Liés:
FNV en action
Pack calendrier
Print Friendly, PDF & Email